Musée des Beaux-Arts – Orléans

Créa­tion 2014

Morphismes

en tour­née

Cho­ré­graphe-Inter­prète : Anne Per­bal
Chan­teuse sopra­no / vio­lon­celle : Daphne Cor­re­gan
Pro­duc­tion : Com­pa­gnie Les Yeux Grands Fer­més
Sou­tiens : La com­pa­gnie est sou­te­nue par la Région Centre et par la ville d’Or­léans, dans le cadre de l’aide au pro­jet
Durée : 20 min
Dates de créa­tion : 19 jan­vier 2014 au Musée des Beaux-Arts d’Or­léans

Essen­tiel­le­ment axé sur le dos nu, les bras et la matière plas­tique de la bâche, ce solo se joue sous une douche de lumière, dans un espace res­treint. L’é­clai­rage donne un aspect pic­tu­ral à la scène.
Au son des bols tibé­tains, la colonne ver­té­brale s’in­cline et ondule.
Puis la voix s’é­lève dou­ce­ment, les bras se déploient et entrainent le dos dans de mul­tiples contor­sions. Le corps est en souf­france mais garde une cer­taine élé­gance et offre une varia­tion de formes et d’i­mages.
Viennent des chu­cho­te­ments dans un lan­gage inin­tel­li­gible, appa­rait alors une sorte de petit fan­tôme qui agite ses bras. Séquence bur­lesque où le bas­sin fait office de tête.

Enfin le vio­lon­celle apporte sa gra­vi­té et fait naître une nou­velle créa­ture, sorte de mante reli­gieuse qui agite ses pattes et ne va ces­ser de se trans­for­mer et de déployer la bâche sous le lyrisme des aigus de la voix.
Le corps est ici matière. Le mou­ve­ment met en relief les os, la peau, la chair, sculp­tant ain­si chaque infime par­tie du corps.
La matière plas­tique et plas­mique est comme une seconde peau, orga­nique et cor­po­relle. Elle imprègne et se laisse impré­gner.
Elle entre­tient une forte inti­mi­té avec le corps, avec le vivant, par le pou­voir infi­ni des méta­mor­phoses qu’elle sug­gère.
Le chant, les bols tibé­tains et le vio­lon­celle forment avec le corps et la bâche un ensemble mou­vant, où les sono­ri­tés fusionnent avec le mou­ve­ment.

Daphne Cor­re­gan :
Daphne se forme au conser­va­toire d’Or­léans où elle étu­die le vio­lon­celle, la for­ma­tion musi­cale, la musique de chambre, et le chant cho­ral pen­dant 10 ans avec Tony Ramon.
Elle intègre ensuite la classe de chant soliste et suit l’enseignement de grandes chan­teuses tel que Sha­ron Coste, Corinne Ser­tillanges, Hélène Oba­di.
Daphne obtient son diplôme de fin d’Etude Musi­cale (Pre­mier prix de chant, musique de chambre et for­ma­tion musi­cal), et un pre­mier prix de per­fec­tion­ne­ment en chant lyrique.
Elle suit la for­ma­tion « L’orgue Cavaillé-Coll et la voix soliste » avec Fran­çoise Mas­set à Royau­mont.
Daphne Cor­re­gan se pro­duit régu­liè­re­ment sur scène pour des réci­tals (lied, mélo­dies, musique sacrée…), opé­ras, musique de chambre.
Elle enseigne l’art du chant depuis 12 ans.

La presse en parle

Article paru dans “MagCentre.fr” le 19 jan­vier 2014 :
Article paru dans MagCentre.fr :