Anne Perbal

For­mée en jazz, clas­sique et contem­po­rain, dans les grands centres de danse pari­siens,
Anne Per­bal pré­pare le diplôme d’Etat à l’Institut Péda­go­gique d’Art Cho­ré­gra­phique, qu’elle obtient en 1995.
Dan­seuse dans la com­pa­gnie de Sadock Kecha­na pen­dant deux ans, elle intègre ensuite le centre pro­fes­sion­nel de for­ma­tion à la scène « L’atelier de l’envol » et sera inter­prète dans les pièces « Chi­mères » de Serge Ric­ci et « Rik­la­da » de Thier­ry Malan­din.
En 2000, tout en pour­sui­vant sa for­ma­tion auprès de cho­ré­graphes, tels que Claude Bru­ma­chon et Paco Deci­na, elle appro­fon­dit la méthode Fel­den­krais, l’improvisation, la com­po­si­tion et la danse-contact au Centre Cho­ré­gra­phique Natio­nal d’Orléans.
Par­ti­cu­liè­re­ment sen­sible à la danse Butô, Anne Per­bal suit la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle de Ko Muro­bu­shi, diri­gée par Josef Nadj et Ber­nar­do Mon­tet au Centre Cho­ré­gra­phique Natio­nal de Tours, puis les cours d’Ikko Tamu­ra.
Elle crée deux courts solos : « Phos­phène » en 2003 et « Ciné­sis » en 2005, trou­vant ain­si sa propre écri­ture.
A Orléans, elle cofonde avec quatre autres inter­prètes la Com­pa­gnie Epo­nyme.
Elle y dan­se­ra pen­dant huit ans pour les cho­ré­graphes Fré­dé­ric Les­cure, Bru­no de Saint-Chaf­fray, Mari­ko Aoya­ma et Nas­ser Mar­tin-Gous­set dans leurs pièces res­pec­tives :
« Ordi­naire à vif », « Qui est là ? », « Petite nuit » et « Pare-chocs ».
En 2012, Anne Per­bal fonde la Com­pa­gnie Les Yeux Grands Fer­més à Orléans et pro­pose un uni­vers réso­lu­ment per­son­nel sur trois axes de créa­tion : cho­ré­gra­phies, pho­to­gra­phies et sculp­tures.
Elle créée cinq solos : « Phasme » (2013), « Mor­phismes » (2014), « Insect » (créa­tion jeune public, 2015), « Man­ta Dra­ma » (2016), « Tilland­sia » (2018), expose les pho­tos réa­li­sées avec Isa­belle Whyte, et les sculp­tures qu’elle modèle dans l’argile.
Elle pour­suit son tra­vail de sen­si­bi­li­sa­tion à la danse, qu’elle effec­tue depuis vingt ans dans des ate­liers auprès d’amateurs, et enseigne en milieu sco­laire depuis 2015.